La facture : 500 à 2800 € par heure de travail…

Une arnaque en 5 étapes

  1. Vous faire signer :
    "Le sourire est si important... regardez comme vous serez beau ! Signez le contrat ici !"

  2. Vous faire durer :
    Vous signez un engagement avec un prix déterminé par semestre, et une durée indicative. Une fois le traitement engagé, l'orthodontiste a intérêt à ce que ça dure le plus longtemps !

    Pour information, un traitement dure fréquemment 2 ou 3 ans avec un orthodontiste attitré, mais seulement 6 mois avec les solutions sur Internet ou encore ici ou ici ou ici ou ici. Pourtant, la technique est la même : c'est la technique de Invisalign, dont le brevet est tombé dans le domaine public...

  3. Vous faire peur :
    En cours de traitement, vous pouvez évidemment arrêter, mais "votre sourire va se dégrader" et de toutes façons, "vous devez payer 700 euros pour enlever les bagues". Bref : vous êtes coincé.

  4. Vous empêcher d'aller voir ailleurs :
    Les tarifs sont très similaires sur une zone géographique. Evidemment, en voyageant 30 minutes, c'est peut-être un peu moins cher, mais... vous allez voir 20 fois votre orthodontiste pendant 15 minutes : ça ne motive pas à faire 1 heure de transport à chaque fois !

  5. Vous arnaquer jusqu'à la fin :
    A la fin du traitement, l'orthodontiste vous vend un appareil de "contention" qui maintient le sourire. L'appareil lui coûte 50 €, et il vous le facture 500 à 800 €.

Une concurrence inexistante : quelques faits troublants

  • Sur une zone géographique, les tarifs des orthodontistes sont tous similaires.
  • Quand un orthodontiste s'installe, il cale ses tarifs sur ceux de ses voisins
  • Si vous demandez à un orthodoniste ce qu'il pense d'un devis d'un confrère, il vous dira que "c'est le prix". Jamais aucun n'ira dire que c'est abusif ni proposer moins cher.
  • Et pourtant... les cabinets réalisent 150% de marge : sur 4000 €, il n'y a que 1600 € de coûts ; l'orthdontiste se paye 2400 €. S'il y avait une saine concurrence, la marge serait de l'ordre de 30%, comme dans beaucoup d'industries. Cela signifie que les tarifs pourraient être divisés par 2... et que les orthodontistes vivraient encore très bien !

Un prix lié à vos moyens financiers, mais pas au coût

L’orthodontiste facture ses patients avec un prix identique chaque semestre, quel que soit le travail ! Compter 500 à… 2800 € par semestre, selon le type de traitement, et surtout la localisation de l’orthodontiste, …

La Sécurité Sociale a noté que les tarifs dépendaient des revenus des patients dans la région, bien que les coûts soient à peu près les mêmes sur l'ensemble de la France.

Pendant le premier semestre, l’orthodontiste détermine un plan de traitement, vous soumet un devis qui vous engage sur plusieurs années, puis achète un appareil, le met en place… Il y a donc, disons, entre 2 et 4 heures de travail, et environ 200 € de matériel.

Pendant les semestres suivants, l’orthodontiste « suit » l’évolution du patient toutes les 6 semaines. En 6 mois, il voit son patient 3 ou 4 fois, et la consultation dure 15 minutes. Donc l’orthodontiste facture un semestre complet pour une heure de travail effectif. Mais vous êtes engagé ! Trop tard pour réagir…

L’orthodontiste facture donc son travail entre 500 et 2800 € par heure, soit entre 8 et 50 € par minute…

Des tarifs opaques qui mettent mal à l’aise

Sur les sites web des orthodontistes, il y a très souvent une partie « Tarifs », où les praticiens expliquent que « connaître le prix d’un traitement est une demande légitime ». Mais ils ne donnent en général aucune réponse à cette demande « légitime » !

De façon très générale, ils expliquent que :

Mais sur leurs tarifs, en général, rien. Il faut venir en cabinet pour connaître ces tarifs. On sent que, sur ce sujet, les orthodontistes sont un peu gênés…

D’ailleurs, les orthodontistes ont étudié l’avis des Français sur la profession : les résultats sont là, sur leur site, absolument illisibles

Il faut zoomer pour voir -difficilement- que 72% des Francais ont une objection sur les €€€…

72pc

Des tarifs organisés et uniformisés par la profession

Un orthodontiste qui s’tarifsinstalle détermine ses tarifs par rapport à ses confrères, et en particulier par rapport à sa localisation : tous les praticiens ont des tarifs assez similaires dans une région, ce qui évite les comparaisons et les récriminations. Ces tarifs sont :

  • exorbitant à Paris
  • très très cher en Première Couronne
  • très cher en Seconde Couronne
  • cher en province.

Vu que les cabinets sont relativement pleins (enfin… nous allons y revenir…), personne n’a intérêt à baisser les tarifs. Et il n’y a pas de concurrence, car tous les praticiens ont intérêt à conserver des tarifs élevés.

30 heures par semaine, pas de stress… et 17 000 € par mois (officiellement, en moyenne)

Une étude a établi que le revenu moyen officiel des orthodontistes était de 17 000 euros / mois, une fois l’ensemble des charges payées (assistante, secrétariat, remerciements aux confrères, frais de représentation –c’est-à-dire petites fêtes–, voiture, autres avantages en nature, …)

Nos estimations indiquent que de très nombreux orthodontistes gagnent largement plus que cela, et font supporter des frais plus ou moins légitimes à leurs cabinets.

Les orthodontistes travaillent environ 30 heures par semaine, souvent répartis sur 8 demi-journées dans la semaine. Certes, le secrétariat est souvent ouvert plus longtemps, pour remplir le carnet de rendez-vous. Et les congés sont souvent les congés scolaires…

Ajoutons que les orthodontistes n’ont pas d’urgence, pas de stress, peu de fatigue.

Par comparaison, les dentistes d’omni-pratique (ceux qui soignent les caries) travaillent 2 fois plus et gagnent 2 à 4 fois moins.

Des enfants gâtés qui revendiquent un salaire scandaleux !

Le Syndicat des orthodontistes, dans un de ses bulletins d'information, écrit :

Si les revenus des spécialistes ODF sont le double en moyenne de celui des chirurgiens-dentistes, qu’en est-il si ont les compare aux revenus des 10 % de chirurgiens-dentistes ayant les plus haut revenus, nous ne serions sûrement pas les mieux lotis.

C'est assez mal écrit, mais ça signifie :

Nous gagnons en moyenne deux fois plus que les dentistes, mais cette moyenne est inférieure au TOP-10% des dentistes, donc ça n'est pas scandaleux.

Comme si les orthodontistes exigeaient de gagner plus que n'importe qui d'autre...

Une absence de concurrence savamment entretenue

Un patient nécessite environ 7 heures de travail au total. Donc il n’y a pas besoin de beaucoup d’orthodontistes : 2000 environ sur la France.

Petit calcul : 2000 orthodontistes, 30 h/semaine, 44 semaines / an, 7 heures par enfant => 377 000 enfants traités par an : le compte y est.

Donc il y a très peu d’orthodontistes formés chaque année, et, au-delà de leur enseignement médical, on leur apprend à gérer leur cabinet, et à pratiquer des tarifs « habituels ».

Par ailleurs, les « dentistes omnipraticiens » (ceux qui traitent les caries, mais ont une vue globale sur les besoins des patients) demandent le droit d’exercer l’orthodontie, avec beaucoup de mal pour se faire entendre.

Dans le même bulletin d'information, le syndicat explique qu'il poursuit les praticiens qui s'approchent trop près du trésor !

La concurrence est donc impossible… Les orthodontistes préservent la poule aux oeufs d’or !

Des employés muselés

La profession est très bien organisée…

Non seulement les tarifs sont bien contrôlés, mais en plus, les coûts sont jugulés aussi : le salaire des assistantes est défini par une grille salariale, de l’odre de 1,2 SMIC, ce qui coupe court à toute discussion ! Il ne faudrait tout de même pas que le petit personnel ne vienne se plaindre…

En plus, si l’assistante fait office de secrétaire, elle gagne 10% de plus, et l’orthdontiste économise un salaire !