Quel tarif légitime ?

500 euros pour le premier semestre. 100 euros ensuite.

Il y aurait plusieurs moyens de déterminer un tarif « légitime » pour les orthodontistes.

Clairement, l’appareil (qui coûte 200 €) pourrait être vendu 300 €. Et les 7 heures de travail pourraient être facturées 700 € (donc environ 100 € / heure, comme les médecins les mieux payés). Cela ferait un total de 1000 € par traitement.

Ainsi, le premier semestre pourrait conserver son prix actuel, mais les semestres suivants devraient tomber à 100 €.

Donc le prix des traitements pourrait être divisé par 3.

Alors évidemment, les orthodontistes devraient gagner moins, peut-être travailler un peu plus, arrêter de facturer à leur cabinet la décoration de leur chalet de Megève et leurs cours de golf. Mais ils s’en tireraient avec un salaire de 7 000 euros par mois pour 30 heures de boulot par semaine. Pas de quoi se plaindre, puisqu’ils gagneraient autant que les dentistes ou les cadres supérieurs, qui travaillent 40 ou 50 heures.

En comparaison, les médecins gagnent 60 à 80 €/heure.
C’est 10 fois moins que les orthodontistes…

La Sécurité Sociale a défini récemment les prix des consultations conventionnées (les durées sont estimées par nous) :

  • Généraliste : 25 €, pour 15 minutes de consultation environ
  • Spécialiste, Pédiatre : 30 €, pour 20 minutes
  • Actes complexes (dépistage de mélanome) : 46 €, pour 30 minutes
  • Actes très complexes (traitement du cancer, …) : 60 € pour probablement une heure de travail

Peu d’explications convaincantes…

Pour expliquer leurs tarifs et leurs revenus, les orthodontistes ont quelques excuses bien rodées mais pas très convaincantes…

« Nous avons des charges : assistantes, secrétaires, … »

  • Comme vu plus haut, ce personnel coûte peu et il est muselé
  • Le problème est le même pour les dentistes, les médecins, les artisans, les avocats, … toutes les professions pour lesquelles on prend un rendez-vous.

« Nous avons des impôts à payer »

  • Comme les coiffeurs, traiteurs, manucures, fleuristes, cabines-à-UV, hôtels de luxe, professeurs de golf, coach de gym, etc., ou les autres professionnels que les orthodontistes côtoient.
  • Comme les boulangers, les livreurs, les plombiers, les commerçants, … qui se lèvent à l’aube et que les orthodontistes ne voient pas
  • Mais il est vrai que les impôts sont lourds quand on gagne très très bien sa vie, et qu’on met autant dans sa propre Caisse de Retraite.

« Nous avons un métier à risque : si nous perdons nos mains, nous perdons notre travail »

  • Comme pour les artisans en général : boulangers, chauffeurs, coiffeurs, cordonniers, … Même le professeur de golf de l’orthodontiste subit ce risque !

« Nous avons fait des études »

  • 8 ou 9 ans, en effet, après le bac, dont une partie à mi-temps, en étant salarié.
  • 8 ou 9 ans, cela fait autant que les médecins spécialistes, qui gagnent 6 fois moins que les orthodontistes, mais qui gèrent des urgences, des responsabilités de vie ou de mort sur des patients, …
  • 8 ou 9 ans, cela fait autant que les ingénieurs qui font une thèse et qui gagnent largement moins.